Le premier "drive fermier" ouvre ses portes à Saint-Dié des Vosges

May 3, 2017

Le premier Drive Fermier de Saint-Dié ouvre ses portes vendredi 5 mai. Il regroupe une vingtaine de producteurs locaux qui s'associent pour faire de la vente directe, sans intermédiaires.

 

 

Article de Vosges Matin : 

 

De quoi s’agit-il ?

Un drive fermier va ouvrir ses portes à Saint-Dié-des-Vosges d’ici au 5 mai (12 mai au plus tard). C’est une association d’une vingtaine de producteurs locaux (70 % sur le territoire de la communauté de communes, le plus loin est en Alsace) qui s’est constituée pour faire de la vente directe, sans intermédiaires.

 

Comment ça marche ?

Un site internet (www.drive-fermier-saintdie.fr) a été créé. On passe sa commande en ligne et on paie par carte bleue ou par chèque lors du retrait.

Aucune contrainte de commande minimale ou de temps. On commande ce que l’on veut. La seule obligation pour que les producteurs puissent s’organiser est de passer sa commande avant le mardi minuit pour un retrait le vendredi soir. Les producteurs gèrent eux-mêmes la mise en ligne de leurs produits et les stocks.

 

Où ?

Les locaux du drive fermier seront installés à la place de l’ancien magasin Lidl, rue des Folmard à Saint-Dié. L’avantage : le bâtiment dispose d’un grand parking, idéal pour venir chercher ses commandes. Il appartient à la communauté de communes qui le prête en partie à l’association des producteurs. Charge à elle de payer la taxe foncière. Chaque vendredi, les producteurs seront sur place pour remettre les paniers aux clients et échanger avec eux sur leurs manières de travailler.

 

Pour quels produits ?

À peu près tout ce qu’il est possible de trouver : légumes (de saison évidemment, inutile de chercher des tomates au mois de février), de la viande de bœuf, de porc, de volaille, de la charcuterie, des produits laitiers, des fromages, des salades, des fruits, du pain, des bières, des confitures, des bonbons, etc, bio ou non.

 

À quels prix ?

Au juste prix, celui qui rémunère le mieux les agriculteurs, sans tromper le consommateur. Sans intermédiaire, la marge est limitée et elle sera réinvestie dans l’association pour les supports de communication, le matériel, etc. Il n’y a pas de cotisation à l’année.

 

Pourquoi commander ? 

Parce que quand on prend le temps de jeter un œil sur les tarifs, on se rend compte que la différence de prix ne saute pas aux yeux par rapport, notamment, au jambon en barquette, aux yaourts, au fromage de chèvre, etc. Parce que cela permet de rencontrer les producteurs, de parler de leur métier et leur poser toutes les questions que l’on veut sur leur exploitation et la façon dont elle fonctionne. Parce que cela contribue à faire marcher l’économie locale. Parce que la Déodatie regorge de produits et de producteurs dont le travail mérite d’être mis en valeur.

 

Rester sur une zone locale

 

Elsa Bencteux, chèvrerie des Merlusses à Lusse

« Pour nous qui fabriquons des fromages de chèvre bio, le gros avantage, c’est de pouvoir approcher des clients qu’on ne touche pas via les marchés ou magasins bio. C’est aussi d’agrandir notre potentiel tout en restant sur une zone locale. Notre métier est une remise en cause perpétuelle mais on ne le fait pas pour gagner du temps. »

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

DéodaLink : le grand lancement !

April 23, 2016

1/1
Please reload

Posts Récents

May 6, 2017

April 30, 2017

Please reload

Archives